Ralph MacLean*

My Experience of Becoming A Prisoner of War

By

Ralph MacLean

The process of becoming a Prisoner of war was an experience that I want to share for many reasons. Since my release in August 1945 many of the acquaintances I have made since then want to discuss the exact way that it happened. To me it was a very traumatic and frightening part of my life and remains almost as vivid as when it happened. I was young then, nineteen years of age, I had joined the Canadian Army as a recruit in the Royal Rifles of Canada. This Regiment has many military honors, and is the only regiment with the distinction of marching in our Parliamentary City of Ottawa with fixed bayonets. For me it was a careful decision and I was proud to be a member, in those days my patriotism was for me a duty of citizenship to help the country in any way that I could. Becoming a Prisoner of war in Japan was something that had never entered my mind. I knew the consequences of being a soldier in the Canadian Army, I had been proud of what our country had produced in time of war. In my mind the war was to be fought in Europe

We Canadians do Not Have to Apologize To Anyone

We were sent to what was to be a Garrison Duty in Hong Kong, Japan had been making threats, but the reason given to us was that we were to relieve the British Troops that were stationed there; this was a way to free up British Forces for home service. Our briefing included the schedule of training that we would be occupied with, and given to understand that we would begin on arrival so as to be ready for this event if and when it happened, in this way we would be in a position to have full control and build a Military Force strong enough to defend against whatever came  

It did not turn out that way. Within a month of arriving there the threat became a reality, and we found ourselves trying to defend an Island that had very little flat ground, it is mostly mountains, our equipment had not arrived and our enemy was huge. We had very little training and of course I had read some accounts of wars and conflict in my life. The pattern given about a surrender was that all of the surrendering units lined up in military order and the senior Officer would Salute the Victors and give their Senior Officer his pistol “butt” first as a sign of Surrender. That is Not the Way it happened.

This is the way it happened to me!

After the Japanese Army began their invasion of the Island and the major battles were lost due to the size of their forces, the fighting ended in “Bits and Pieces” which caused much tension and fear. Palm Villa, was the place that had been made R. R. C. Field Headquarters, and it was the day before Xmas 1941. Our Major McCauley had been ordered to send men onto Mount Butler with ammunition, and to reinforce our troops that were fighting there. I was to be included; as we were being readied to leave an urgent message arrived to say that our troops had been driven off. “Another change” this is the way it had gone for the past seventeen days and nights.

We then were immediately given another assignment; eight or ten men were to take up a post across the bay from Stanley Village, we proceeded under the command of a Lieut. And myself, we arrived at our destination between midnight and two am, we could not see far in the dark and had no idea of what our terrain looked like, there was little cover and we dare not expose ourselves. Just as we arrived and settled into our position a Japanese scout party passed close enough that we could hear them. We did not shoot for fear of giving our position away but we did throw hand-grenades amongst them. As daylight came we were able to take stock of our position. We managed to find some scrub-brush to take shelter in. Then we shared a tin of “bully beef “ three men to a tin, then we rested for a couple of hours, sleep was impossible.

Christmas Day 1941

Suddenly without warning the enemy opened up with machine guns; the whole mountainside seemed to be full of them, it was difficult to tell where it was all coming from. They had spotted us and we had very little cover, we were defending ourselves with rifles, bullets began to kick up the dirt, our officer ordered us to find a better position for shelter. Four of us ran for a cliff nearby and as we ran the branches of the scrub-brush we were in began to be cut off with enemy bullets. We jumped over the cliff and dropped quite a few feet before we found a small ledge. While trying to save our-selves from going further down the cliff, our rifles fell beyond our reach.

Suddenly a loud voice was heard, it came from a Japanese Officer with a megaphone. He made this announcement “The Island has surrendered, I give you safe passage to cross the valley to my post”. He gave this order in perfect English; this was the same place that we had occupied during the night. We did not have much time to decide were faced with no other option, they were prepared to cut us down, we made our way to where he was. We did not know what to expect. When we arrived where the Officer was with his men, we were asked for our identification. The Japanese Officer walked up and down with his drawn Samaria sword.

My feelings were a relief from exhaustion, everything would soon be over, I was aware of my consequences, lack of sleep made the situation more acceptable, all the men were quiet this is a sign of fear in them also, I suppose one could say that I had become docile. Because of lack of sleep for days meant exhaustion, I did not really comprehend the situation I was in. Everything was so quiet, no guns firing, or noise from anywhere.

That afternoon the Japanese marched us across the Island to Happy Valley Race Track, and there they tied our hands together and then tied us all together. We had passed some of our pillboxes on the way and places where some of the soldiers in them were tied together and bayoneted or shot, we were left alone and I drifted off to sleep thinking of the many Christmases that I had that were a lot more pleasant than this one.

It had rained so we were able to get a drink in the puddles of water; there was no food since the “Three men to a tin” That day Major McCauley’s prediction had come true “More meal hours than meals would be our lot”   

Next day we were taken to where the Indian Troops had been made prisoner, then we were taken to North Point, which was being made into a Prisoner of War Camp. It had been built by the British to house the many Chinese Refugees that had fled in order to escape the War that the Japanese were waging when they invaded China. We soon found out that the place was infested with bed bugs, lice and flees. Here we were met by the remnants of our Regiment and then I knew that the Japanese meant to keep us alive. Every one seemed to be discussing the possibilities of liberation, some had it that Chiang Kia Check would, others had it that the British would come to our rescue; I somehow felt that these were false hopes. We had come to know the general attitude of our captors from the shoving; slapping and being yelled at, we also never forgot the comrades we passed that had been murdered with their hands tied.

We must remember them as we contemplate the cost they paid for our freedom.

 

 Ralph MacLean

Mon expérience de prisonnier de guerre

par :

Ralph MacLean

Je souhaite partager mon expérience du processus de devenir prisonnier de guerre pour plusieurs raisons. À compter de ma libération en août 1945, plusieurs des gens dont j’ai fait la connaissance depuis veulent discuter le déroulement exact des événements. Ce fut pour moi une partie très traumatisante et effrayante de ma vie et mes souvenirs en sont presque aussi frappants que lorsqu’elle a eu lieu. J’étais jeune à l’époque, âgé de 19 ans. Je m’étais engagé dans l’armée canadienne comme recrue des Royal Rifles of Canada. Ce régiment a amassé plusieurs honneurs militaires et c’est le seul ayant mérité la distinction de défiler dans la ville d’Ottawa avec les baïonnettes aux canons. Pour moi, c’était une décision réfléchie et j’étais fier d’être membre. À cette époque, mon patriotisme était un devoir de citoyenneté, question d’aider le pays par tous les moyens à ma disposition. L’idée de devenir prisonnier de guerre au Japon ne m’est jamais venue à l’esprit. Je connaissais les conséquences d’être soldat dans l’armée canadienne et j’étais fier de ce que notre pays avait accompli en temps de guerre. Je croyais que la guerre devait se dérouler en Europe.

Nous, les Canadiens, n’avons pas à nous excuser envers qui que ce soit

On nous a envoyés faire le devoir de garnison à Hong Kong. Le Japon proférait des menaces, mais la raison qu’on nous a donnée était que nous devions prendre la relève des troupes britanniques en poste là-bas; c’était une façon de libérer les Forces britanniques pour le service national. Notre exposé comprenait notre horaire de formation et on nous a laissé comprendre que nous l’entamerions dès notre arrivée afin d’être prêts pour cet événement. De cette façon, nous serions en mesure d’assumer le plein contrôle et de bâtir une force militaire assez forte pour nous défendre contre tout ce qui pourrait arriver.

Le sort en a voulu autrement. Moins d’un mois après notre arrivée là-bas, la menace est devenue réalité et nous nous sommes retrouvés en train d’essayer de défendre une île qui avait très peu de terrain plat. Elle est surtout montagneuse. Notre équipement n’était pas arrivé et les soldats ennemis étaient nombreux. Nous avions reçu très peu de formation et bien sûr j’avais déjà lu des comptes rendus de guerres et de conflits. Normalement, pour se rendre, les unités vaincues se plaçaient en formation militaire et l’officier supérieur saluait les vainqueurs en présentant à l’officier supérieur de ces derniers la crosse de son pistolet en signe de capitulation. Ce n’est pas ce qui est arrivé.

Voici comment j’ai vécu la situation !

Une fois que l’armée japonaise a commencé son invasion de l’île et que nous avons perdu les batailles principales à cause des effectifs considérables à sa disposition, le conflit a cessé peu à peu, de façon sporadique, ce qui a provoqué beaucoup de tension et de peur. Le quartier général de campagne des R.R.C. était aménagé dans la Palm Villa et c’était le jour avant Noël en 1941. On avait ordonné à notre Major McCauley d’envoyer des hommes sur le Mont Butler avec des munitions et d’amener des renforts à nos troupes qui se battaient là. Je devais être de leur nombre; tandis qu’on se préparait à partir, un message urgent est arrivé pour nous dire que nos troupes avaient été chassées de là. Encore un changement : le mot d’ordre des 17 jours et nuit précédents.

On nous a immédiatement donnés une autre mission : huit ou dix hommes devaient occuper un poste de l’autre côté de la baie de Stanley Village. Nous sommes partis sous le commandement d’un lieutenant et de moi-même. Arrivés à destination entre minuit et 2 heures, nous ne voyions pas très loin dans le noir et nous n’avions aucune idée d’à quoi ressemblait notre terrain. Il y avait peu pour nous dissimuler. Nous n’osions pas nous exposer. Au moment même où nous sommes arrivés et avons pris position, un groupe d’éclairage japonais est passé assez près de nous que nous pouvions les entendre. Nous n’avons pas tiré de peur de trahir notre position mais nous leur avons jeté des grenades. Avec le lever du soleil, nous avons été en mesure d’évaluer notre position. Nous avons trouvé des broussailles  pour nous réfugier. Nous avons ensuite partagé une boîte de Bully Beef entre nous trois, puis nous nous sommes reposés pendant quelques heures, puisque le sommeil nous était impossible.

 

Jour de Noël 1941

Soudain, sans aucun avertissement, l’ennemi a tiré partout avec des mitrailleuses; tout le côté de la montagne en paraissait animé et il était difficile de savoir d’où venaient les balles. Ils nous avaient repérés et nous avions très peu sur le terrain pour nous mettre à l’abri. Nous nous défendions avec des carabines et les balles ont commencé à faire sauter la poussière. Notre officier nous a ordonné de trouver une meilleure position pour se réfugier. Quatre d’entre nous avons couru vers une falaise tout près et tandis que nous courrions, les branches de la broussaille qui nous abritait ont commencé à se faire couper par les balles ennemies. Nous avons sauté par-dessus la falaise et tombé plusieurs mètres avant de trouver une corniche. Alors que nous tentions de ne pas tomber davantage, nos carabines sont tombées hors de notre portée.

Soudain, nous avons entendu la voix forte d’un officier japonais tenant un mégaphone. Il a déclaré que « l’Île s’est rendue. Je vous accorde le libre passage à travers la vallée jusqu’à mon poste. » Il a prononcé cet ordre en un Anglais impeccable; c’était le même endroit que nous avions occupé pendant la nuit. Nous n’avions vraiment pas le temps de décider, puisqu’il ne restait aucune solution de rechange. Ils étaient prêts à nous tuer. Nous nous sommes dirigés vers lui. Nous ne savions pas à quoi nous attendre. Lorsque nous sommes arrivés là où se tenait l’officier avec ses hommes, on nous a demandé nos pièces d’identité. L’officier japonais faisait le va-et-vient avec son sabre Samaria dégainé.

Je me sentais soulagé à cause de ma fatigue extrême, et parce que tout serait bientôt fini. J’étais conscient des conséquences; le manque de sommeil rendait la situation plus acceptable. Tous les hommes se taisaient, signe de peur chez eux également. Je suppose qu’on pourrait dire que j’étais devenu docile. Puisque le manque de sommeil pendant des jours entiers menait à l’épuisement, je ne comprenais pas vraiment ma situation. Tout était si tranquille, sans tirs de fusils, ou de bruit de nulle part.

Cet après-midi-là, les Japonais nous ont fait traverser l’Île jusqu’à la piste de course Happy Valley, où ils nous ont ligotés les mains, puis ligotés ensemble. Nous avons passé certaines de nos casemates en chemin, ainsi que des endroits où certains des soldats les occupant avaient été ligotés ensemble et passés à la baïonnette ou fusillés. On nous a laissés seuls et je me suis endormi en pensant aux nombreux Noëls que j’avais eus qui étaient tellement plus agréables que celui-ci.

Il avait plu, donc nous pouvions boire l’eau des flaques; il n’y avait rien à manger depuis que nous avions partagé la boîte entre nous trois. Ce jour-là, la prédiction du Major McCauley s’est réalisée : notre sort serait de voir davantage d’heures du repas que de repas mêmes

Le jour suivant, on nous a conduits là où les troupes indiennes avaient été faites prisonnières, puis on nous a menés à North Point, qu’on transformait alors en camp de prisonniers de guerre. Les Britanniques l’avaient d’abord érigé pour héberger les nombreux réfugiés chinois qui s’étaient échappés de la guerre que menaient les Japonais, envahissant la Chine. Nous nous sommes vite rendus compte que l’endroit était infesté de punaises, de poux et de puces. Ici, le reste de notre régiment nous a rencontrés et à ce moment j’ai su que les Japonais voulaient nous garder en vie. Tout le monde paraissait discuter de la possibilité de libération. Selon certains, ce serait de la main de Chiang Kaï-chek; d’autres disaient que les Britanniques viendraient à notre rescousse. Pour une raison ou une autre, je croyais qu’il s’agissait là de faux espoirs. Nous avions été témoins de l’attitude générale de nos geôliers alors qu’ils nous poussaient, nous donnaient des volées et nous criaient par la tête. Nous n’avons jamais non plus oublié les camarades que nous avons rencontrés en chemin qui avaient été assassinés les mains liées.

Nous devons nous souvenir d’eux tandis que nous contemplons le prix qu’ils ont payés pour notre liberté.

Ralph MacLean